Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 22:08

L’idée de primaires à gauche initiées par le parti socialiste ne m’a jamais semblé pertinente. Notre fédération avait déjà soumis l’idée pour la désignation de notre candidat (e) aux présidentielles 2007. J’avais voté contre lors d’un vote indicatif des secrétaires de section. A l’époque, l’élan était venu d’Italie avec la désignation de Romano Prodi. On connait la suite… La gauche est au placard et l’élection du leader italien n’a été qu’un feu de paille face au tsunami Berlusconi.

 

L’élection d’Obama est maintenant la référence. Sa désignation a constitué, nous dit-on, un formidable levier pour crédibiliser sa candidature. Le procédé des primaires n’est pas nouveau là bas. Et si Obama est sorti vainqueur des urnes, il le doit sans doute plus à ses qualités et à la faiblesse de son rival Mac Cain, qu’au mode de désignation.

 

Le fond du problème reste la bipolarisation politique consécutive à notre système présidentiel quinquennal. Il occupe en permanence la scène médiatique. En calquant notre mode de désignation sur l’étranger nous ne réglons rien sur ce qui fait notre faiblesse : l’absence d’un rassemblement suffisant à gauche pour virer avec un très bon score au premier tour.  Car la désignation de notre candidat (e), sous quelque forme que ce soit, ne règlera pas le problème des alliances. Et pour se faire celles-ci doivent avant tout traiter au fond : le projet et la volonté de gagner ensemble en laissant à chacun l’espace politique pour exister.

En 2007 Sarkozy a élargi la base électorale de l’UMP en aspirant les idées de Le Pen et en se réclamant de Jaurès ! Il a rallié ainsi les suffrages ouvriers qui lui manquaient. En s’alliant avec De Villiers et le CPNT il élargi encore davantage sa base électorale et hypothèque d’autant plus les chances de la gauche d’être bien placée au premier tour.

 

Que notre futur candidat(e) sorte d’un vote élargi aux sympathisants ou pas, ne changera pas grand-chose à cet état de fait. Dans tous les cas, nous aurons besoin d’un (e) leader crédible, rassembleur et  à la tête d’alliance forte autour d’un projet de fédération de la gauche. C’est à cela qu’il faut nous atteler au lendemain des régionales. Les rapports de force seront connus et chacun devra en tenir compte pour esquisser le rassemblement qui peut mener à la victoire. Pour préparer la campagne, les appareils devront  s’effacer et agir pour créer une coordination des gauches. Elle peut se constituer sur une base proportionnelle aux résultats et aux nombre d’élus comme le propose le PRG Roger Gérard Schwarzenberg.  Ce sera à elle aussi de porter le débat sur la désignation de notre candidat (e).

 

Quant à l’alliance avec le Modem elle n’est pas d’actualité. Il n’y a pas de convergence politique de fond avec la gauche.  Il serait dangereux de vouloir en trouver au risque de perdre nos alliés historiques mais aussi une partie de notre âme et de notre électorat.  Au second tour, les électeurs du Modem,reporteront leurs voix sur le (la) candidat(e) de la gauche si celui-ci est en situation de pouvoir barrer la route à Sarkozy.  

Jacques JULOUX

Partager cet article

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

Petitmaje 27/08/2009 12:42

Pourtant Martine a tranché.

Tout ceci me parait n'être qu'une partie de poker-menteur.
Beaucoup se réclament des primaires mais pas grand monde n'en voudra vraiment.

Bayrou, dont la seule ambition depuis 10 ans est d'arriver devant le PS au premier tour pour bénéficier de ses voix au deuxième n'en voudra surement pas.
Le PCF va hésiter entre mélanger ses faibles forces à un magma social-écolo-démocrate, ou se faire piquer le peu de plumes qui lui reste par Mélanchon. De toute façon çà fait longtemps qu'il ne compte plus.

Restent les Verts. Officiellement DCB dit qu'il est pour mais c'est surtout pour mettre en avant son programme plus novateur.
Ca m'étonnerait beaucoup qu'ils se prêtent en final à cette comédie qui, ne peut, DCB lui-même ne se présentant pas, que désigner un socialiste.

Le plus probable est, qu'en final, la montagne accouche d'une souris : désigner par les militants ou les sympathisants le candidat PS, à côté du candidat Vert, du candidat Modem, du candidat Front de Gauche et de quelques candidats trostkistes.

Comment définir un sympathisant ?

Un compagnon de route du PS, adoubé par la section locale ?
Quelqu'un qui signe une vague déclaration de principe et donne quelques euros ? Pas terrible pour faire revenir les classes populaires.

Suis-je un sympathisant ??

Pour terminer sur le modem et les alliés actuels du PS.
Le PCF ne compte plus.
Les Verts sont pour.
Ou est le problème ??

  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche