Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 23:01

Après l'épreuve qu'il a subi, Jean Lecourt a été invité par une de ses amis qui est religieuse dans un village de pêcheurs au Nord-Est du Brésil, loin des circuits touristiques. Il y a séjourné un mois, réalisant de menus travaux (menuiserie, réparations, aménagements, peinture...) pour aider les gens qui sont souvent très démunis. Il nous rapporte quelques récits illustrés par ses propres photos. Nous les publierons durant ce mois de vacances.

  

Introduction 

J’adore le musique brésilienne, mais si je retourne un jour dans ce village, je n’oublierai pas d’emporter ...des boules Quies afin de pouvoir prendre quelques heures de sommeil les nuits de week-end: musique ininterrompue, immense sono poussée à fond,02-031-1-.jpeg maisons très...aérées, vous avez l’impression que le chanteur et son orchestre sont au pied de votre lit, là juste derrière la moustiquaire !  Bon, ça s'arrête quand même à 4h du matin, on va pouvoir prendre enfin un peu de sommeil. Douce illusion, les coqs prennent le relai (sous les tropiques le soleil se lève toute l’année à 5h). Et je vous assure qu’un coq brésilien est pourvu d’un bel organe et qu’il sait s’en servir.

02-041[1]

 

 

 

02-041-1-.jpeg Il doit avoir digéré quelques amplis, lui aussi ! Bien sur les «solistes» sont nombreux dans son groupe ! 

C’est bien le seul petit désagrément ressenti pendant un séjour d’un mois à Rio Do Fogo, petit village de pêcheurs, loin de tout, dans la province de Rio grande Do Norte, juste à la pointe de «l’épaule» du Brésil. Enfin petit village de plus de 10 000 habitants quand même, mais petit à l’échelle de ce pays immense et fascinant.

Non soyons franc, j’ai ressenti un autre désagrément, une frustration plutôt. Je ne parle pas, hélas, la langue du pays, le portugais. Et dans ce village bien vivant et plein de jeunes, personne parmi mes nombreuses rencontres, strictement personne ne parle français, bien sur, mais ni anglais, ni espagnol ! Incroyable. Alors, la prochaine fois, avec mes boules Quies, j’emporterai une bonne méthode d’apprentissage du portugais (tel qu’on le parle au Brésil) que j’aurai - je l’espère - commencé à potasser quelques semaines avant mon départ. Tous me racontaient plein de choses et je n’en comprenais pas le quart de la moitié. Dans la rue, ils me parlaient par signes, comme entre sourd-muets !04-002-1-.jpeg Et moi-même, tout ce que je voulais leur dire et que je n’ai pas pu exprimer. Je reviens avec plein d’images dans la tête, mais il me manque les paroles; pas le son, non, pour le son j’ai eu mon compte ! 

Ce voyage a été, pour moi, un immense dépaysement et une occasion de chaleureuses rencontres. Je vais essayer de le partager un peu en vous contant quelques anecdotes.

 

A suivre...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Information
commenter cet article

commentaires

Jean Lecourt 08/08/2010 23:56


Oui Anne, très calme. Bien sur on a bénéficié de quelques Kerou beach parties. Mais la musique s'arrêtait à 20h. Probable qu'avec une telle décision les Brésiliens de Clohars ne revoteront plus
jamais pour notre liste !


Anne maréchal 07/08/2010 14:58


Après ton séjour au Brésil, trouves-tu notre Kerou calme ?


  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche