Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 13:44

dominique-strauss-kahn.jpgLa lente amélioration de la conjoncture mondiale ne rassure pas Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Il déplore l'affaiblissement de la solidarité internationale en matière de monnaies et la lenteur des réformes du secteur financier.

Comment se porte l'économie mondiale ?

Dominique Strauss-Kahn : Elle se porte mieux, mais demeure fragile. La croissance est forte en Asie et en Amérique du Sud, assez forte en Afrique, où elle ne connaîtra pas le classique décalage d'un an sur la reprise mondiale – elle y atteindra 5% en 2010 et plus encore en 2011. En revanche, elle est incertaine aux Etats-Unis et molle en Europe. Au FMI, nous n'accordons qu'une faible probabilité au scénario d'une rechute, nous croyons plutôt à une courbe de croissance mondiale modérée, sur laquelle pèsent trois risques sérieux.

Le premier est celui d'une croissance sans emploi. Dans certains pays, elle pourrait ne pas être suffisante pour faire reculer le chômage. Dans d'autres, elle sera significative, mais les gains de productivité bloqueront la création d'emplois. C'est grave parce que, comme le FMI et l'Organisation internationale du travail (OIT) l'ont mis en lumière ensemble, la crise a fait disparaître 30 millions d'emplois alors même que 450 millions de jeunes vont arriver sur le marché mondial du travail dans les dix ans qui viennent.

Et la dette ?

C'est le deuxième risque, celui que fait peser la dette publique. Contrairement à ce que pensent beaucoup, sa croissance n'est pas due aux plans de soutien à l'économie mis en place pour empêcher l'effondrement de la demande. Nous avons calculé que, de 2008 à 2014, la dette publique moyenne rapportée au produit intérieur brut (PIB) passera de 80% à 120% pour les économies avancées. Ces 40 points supplémentaires sont imputables seulement pour un dixième aux plans de relance. L'essentiel de la dégradation a été causé par la récession qui a contracté le PIB, par la chute des recettes fiscales et par le coût des restructurations bancaires. Pour retrouver un équilibre de moyen terme, nous préconisons une baisse du déficit d'environ un point de PIB en moyenne à partir de 2011.

Par ailleurs, dans le domaine financier, il ne faut pas oublier le secteur privé, qui est à l'origine de la catastrophe que nous venons de vivre. Un premier pilier a été érigé pour le réglementer : les accords dits de Bâle III, mais ces règles ne serviront à rien si elles ne sont pas appliquées.

Enfin, le capitalisme connaît des crises récurrentes. Il faut donc prévoir partout des systèmes de résolution des crises comparables au Fonds de stabilité européen créé à l'occasion de la crise grecque.

Réglementation, supervision, résolution des crises, voila les trois domaines où il faut que les choses changent. Pour les deux derniers, beaucoup reste à faire.

Le troisième risque qui pèse sur la croissance, c'est la croyance de plus en plus évidente de chaque gouvernement qu'il peut se débrouiller seul. Or nous avons calculé que la croissance mondiale gagnerait 2,5 points, que 30 millions d'emplois supplémentaires seraient créés et que 33 millions de personnes sortiraient de l'extrême pauvreté si les gouvernements procédaient à des choix mieux concertés. L'une des avancées de la crise était d'avoir contraint les gouvernements à aller dans ce sens. Cette solidarité était forte aux sommets du G20 de Londres et de Pittsburgh (Pennsylvanie), un peu moins à Toronto (Canada).

Je crains qu'avec l'amélioration de la conjoncture, la tentation de solutions nationales se fasse plus forte, notamment en matière de monnaies. On l'a vu avec l'intervention japonaise pour faire baisser le yen, avec les alarmes brésiliennes face à la montée du réal. Je prends très au sérieux la menace d'une guerre des monnaies, même larvée, il faut l'éviter, le FMI fera des propositions en ce sens.

Que vous inspirent les sondages qui vous créditent d'une forte popularité en cas de candidature à l'élection présidentielle française de 2012 ?

Evidemment, cela me fait plaisir ! Cela montre que les Français ne m'oublient pas ; je ne les oublie pas non plus. Mais j'ai trop d'expérience pour ne pas regarder ces sondages avec prudence. Aux journalistes norvégiens, brésiliens, allemands ou français qui ne cessent de me poser la question, je réponds que je suis concentré sur mon mandat.

Propos recueillis par Alain Faujas pour le journal LE MONDE

Partager cet article

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

jacques Le Bihan 13/10/2010 08:01


merci pour ces éclairages... pas si facile d'y voir clair.


Bernard Vignes 11/10/2010 22:36


En fait cet article,écrit en anglais et auquel il faudrait consacrer des heures pour bien le comprendre est un article sur la réduction des déficits publics dans tous les domaines.

Il souligne que les efforts à faire pour maintenir l'équilibre des retraites d'ici 2030 sont relativement faibles : il s'agissait d'y consacrer1% supplémentaire de PIB.Les dépenses de santé
semblent un problème bien plus difficiles à résoudre.

Il indique que trois mesures sont financièrement équivalentes :

1) augmenter de deux ans l'âge légal de départ en retraite
2) diminuer de 15% les retraites
3) augmenter de 2% les cotisations

A aucun moment il n'est question de systèmes injustes comme celui de la France où il faut travailler plus si l'on a commençé tôt pour partir en même temps.

Je le comprend plutôt comme un plaidoyer pour l'allongement du temps de cotisation, ce qui est moins injuste.

A aucun moment il n'est question de taxer les revenus du capital, solution miracle de la gauche de la gauche, groupée autour d'Attac et miroir aux alouettes au delà de quelques mesures symboliques
(et nécessaires).

Il ne parle pas non plus du lien, pourtant évident, entre départ tardif des séniors et non-embauche des jeunes


Jérôme 11/10/2010 21:32


Ou il s'agit de l'instrumentalisation d'une phrase d'un rapport en anglais de 122 pages qui concerne les pays du G20 pour les 20 prochaines années par l'UMP pour faire croire à une "caution"
Strauss Kahn sur cette injuste réforme des retraites.
Et dans ce cas on se dit que l'UMP est franchement mal en point.

Ou il s'agit d'une réaction épidermique de l'autoproclamée "vraie gauche" et on se dit que Strauss Kahn est vraiment le super favori sur qui il faut cogner.

Allez savoir !


Jérôme 11/10/2010 21:37



quelques liens :


le fameux rapport du service de la Fiscal Affairs Department (pas
signé par le Président)


le point de vue de l'expansion : Woerth, DSK et les retraites : ce que dit vraiment le rapport du
FMI


 



Bernard Vignes 10/10/2010 15:03


On a un peu de mal à comprendre cette position du FMI, et on peut difficilement croire que DSK l'ait laissé passé s'il était franchement contre.

Ou il s'agit de la version Sarko, dans laquelle le financement (partiel et jusqu'en 2018) est assuré parce qu'il fait cotiser 43 ans ou plus ceux qui ont commençé à travailler tôt, ont une
espérance de vie plus faible et toucheront de petites retraites. Dans ce cas on se dit que DSK est tout sauf de gauche

Ou il s'agit d'une version plus juste ou l'âge de départ est repoussée à 62 ans sauf si le salarié a ses trimestres et alors c'est une petite réformette qui va ... couter de l'argent (passer de
61,6 ans maintenant à 62 ans rapportera des clopinettes et permettre à ceux qui ont leurs trimestres de partir avant coutera plus !)
Dans ce cas on se dit que DSK est tout sauf un économiste.

Allez savoir !


Jérôme 10/10/2010 10:54


"Dominique Strauss-Kahn, comme ses prédécesseurs français au FMI, s'interdit tout jugement sur la politique économique intérieure. C'est un engagement formel. Lorsque l'institution doit se
prononcer sur tel ou tel aspect des mesures prises à Paris, le directeur général du Fonds ne participe pas aux débats, pas plus qu'il ne participe au vote. A ce titre, il n'a aucune influence sur
le rapport annuel, le fameux article IV, que dresse le Fonds sur les forces et les faiblesses de l'économie de l'Hexagone. Histoire de ne pas être accusé de « favoritisme ». Les constats faits
émanent des équipes d'experts de l'institution et les résolutions sont adoptées par un Conseil d'Administration auquel il s'interdit de siéger. "

Donc il faudra lui demander sa position quand il reviendra... si il revient?
En attendant c'est sur FEU sur DSK!!! Rien de tel pour prouver qu'on est un "vrai de vrai" de la gauche. Faut quand même pas déconner, il serait capable de gagner ce social traitre!!!


  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche