Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 12:36

euro-tunisie.jpgL’ampleur des difficultés économiques, sociales et politiques que la Grèce traverse aujourd’hui malgré les efforts réalisés par son gouvernement, a conduit le Premier Ministre Georges Papandréou à proposer au parlement de soumettre à un référendum le plan de sauvetage de son pays décidé par l’Europe.

Au-delà de la décision qui sera prise par le parlement grec, cette situation traduit un défaut de gouvernance de la zone euro.

Bien des difficultés actuelles auraient pu être évitées si l’Europe avait fait preuve de solidarité dès le début des attaques spéculatives contre la Grèce. L’Europe a agi trop tard, trop faiblement sur le plan financier, et trop durement sur le plan économique et social. Si nous avons toujours défendu la nécessité pour la Grèce de redresser ses finances, nous avons aussi toujours dénoncé la brutalité des mesures engagées.

Si cette décision de M. Papandréou entraîne de nouveaux désordres sur les marchés financiers, elle devrait surtout décider les dirigeants européens à prendre enfin les décisions d’engager les réformes structurelles, notamment pour réguler le système financier – comme nous n’avons cessé de le proposer depuis des mois-, et pour trouver un juste chemin entre la réduction des déficits et le maintien de la croissance et de l’emploi.

Partager cet article

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Bernard Vignes 03/11/2011 09:17


Je trouve ce communiqué pas du tout à la hauteur de la situation.
Sur un plan général il ne s'agit pas pour la Gréce d'assainir ses finances, ce qui n'est qu'une conséquence, mais tout simplement de reconstruire le pays : faire rentrer l'impôt, empêcher la
fraude, généralisée dans toute la société et en particulier chez les plus riches (comment en arriver à ne pas faire rentrer l'impot alors qu'il y a 217 fonctionnaires pour 1000 habitants contre 100
en France), recréer une économie compétitive.

Des réformes indispensables et qui ne se font pas en 5 minutes.
C'est là dessus que l'Europe aurait pu aider en donnant du temps au temps.

Sur le referendum, sujet, comme d'autres, sur lequel ce communiqué chévre-choux ne prend pas partie, je trouve, contrairement à ce qui se dit couramment que c'est une bonne chose.

Outre le fait qu'il est nécessaire dans des cas pareils (bien que ce ne soit pas forcément le meilleur moment) de demander au peuple ce qu'il en pense, ces résultats seront clairs.

Si c'est OUI, en supposant, ce qui est probable, que Papendreou s'engage en sa faveur, il en sortira renforcé, aura obligé la droite à se positionner. Il pourra alors plus facilement négocier avec
l'Europe des contreparties au plan de rigueur

Si c'est NON, le peuple Grec aura pris ses responsabilités : le pays sortira de l'Euro, sera en faillite et, là, il faudra bien que ce pays se reconstruise, avec une rigueur infiniment plus grande
que celle demandée par l'UE.


  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche