Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 20:47

169945_photo-des-6-candidats-a-la-primaire-sociali-copie-1.jpgDans ces primaires, beaucoup de dirigeants et élus expriment leur soutien à tel ou telle candidat (e). Ils en vantent les qualités et les différences. Mais cela suffit-il ? Pour ma part le choix que je fais est aussi guidé par une lecture de l’action, des faits et de l’histoire de chacun des candidat (e). Rien d’exhaustif ni sans doute d’objectif. Une lecture, somme toute personnelle, de l’histoire politique récente  du parti socialiste et de ses leaders, pour certains aujourd’hui candidat (e) s.

Commençons donc par François Hollande. Il fut secrétaire du PS pendant 10 ans. Les années post Jospin furent à haut risque et il a su conserver le rôle prédominant du PS dans la vie politique française. J’ai pu assister à différents meetings de Hollande. Au delà de ses compétences nombreuses, c’est un orateur hors pair, doté d’un humour corrosif, capable de mobiliser et fédérer. Bref un futur présidentiable convaincant et convaincu. Ses défauts à mes yeux : avoir manqué d’autorité pour faire respecter le vote des militants sur le traité européen et ne pas avoir postulé à l’élection présidentielle en temps et en heure. L’élection de 2008 était la sienne et je pense que son absence, au vu de sa légitimité, a fragilisé le PS. Je crois en la vie politique, en ses rites ses règles. Je sais bien qu’Henri Emmanuelli était aussi secrétaire et qu’il n’a pas été candidat mais sa capacité à rassembler n’avait aucune mesure avec François Hollande. Il a eu tort de ne pas y aller plus tôt.

Ségolène Royal a incarné une réelle espérance. La déception, lors de la défaite, fut par conséquent énorme et sa gestion du second tour m’a laissé perplexe. Ségolène à montré ses derniers mois une attitude collective et son discours à l’égard de la finance me parait juste. De ce fait, elle a acquis, me semble-t-il une crédibilité nouvelle. Je ne voterai pas pour elle tout simplement parce que je ne me reconnais pas dans certaines de ses déclarations comme par exemple sur l’encadrement militaire, la nation ou encore sur ses propositions d’alliances. Le rôle d’une élection présidentielle est aussi d’ouvrir de nouveaux débats, de proposer de nouvelles solutions, d’être visionnaire. Ses « solutions »  ne me semblent pas de nature à répondre aux défis qu’ont à se poser nos sociétés.

Manuel Valls est un sans doute un bon Maire. J’ai eu l’occasion de rencontrer des responsables associatifs de sa commune et un travail de fond est réalisé. C’est, semble-t-il, un élu pragmatique et à l’écoute. Mais son besoin d’existence médiathèque nationale l’a trop souvent  conduit à crédibiliser des choix de Sarkozy, à un point tel qu’il est apparu à plusieurs reprises comme « Sarko compatible » pour la  presse. Vrai ou pas, son élection serait le pire signal que l’on pourrait donner à la gauche pour mobiliser son électorat.

Arnaud Montebourg a été l’initiateur du débat d’idées sur la sixième république et grand pourfendeur du cumul de mandats. Président du conseil général et député il n’en a pas appliqué les principes pour lui-même. François Hollande aussi cumule mais il n’a jamais signataire de texte de rénovation de cet ordre. La crédibilité en politique passe par la mise en pratique de ses idées. Pour autant je reconnais à Montebourg une vision politique différente, probablement utile pour rassembler, ainsi qu’une fidélité aux règles du parti.

Au final, au vu de sa carte de visite et de sa personnalité, Martine Aubry est celle qui a mes préférences. Je n’oublie pas qu’elle était en première ligne contre le CPE et qu’elle porté une réforme fondamentale sur les 35 heures, réclamée par la CFDT et préconisée par DSK. Son rôle de première secrétaire a été unanimement apprécié, ce qui dans le contexte de « pétard mouillé » montre à la fois son ouverture et son autorité. Ce sont là des qualités essentielles pour gouverner. J’aime aussi l’apport de ses contributions dans la primaire : débat sur la place de la culture dans l’élection présidentielle, non cumul des mandats, nucléaire. Ne pas courir après les thèmes de la droite me parait fondamental pour repenser la société. Ses soutiens me parlent aussi par leur diversité et leur histoire : Bertrand Delanoë, Pierre Mauroy, Jacques Delors, Laurent Fabius, Anne Hidalgo….

Enfin ses engagements clairs, la concordance entre ses paroles et ses actes me paraissent de bon augure pour faciliter le rassemblement à gauche au second tour. Alors pour moi c’est elle…..

Jacques JULOUX

Partager cet article

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans En route vers 2012
commenter cet article

commentaires

  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche