Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 12:05

logo.pngDans une tribune au Nouvel Observateur, Olivier Ferrand du think thank de gauche Terra Nova, propose de mettre à contribution les retraités :

 

"Dans le débat sur les retraites, un point n'est guère débattu : le niveau des pensions. C'est une erreur. Car après un demi-siècle de montée en charge, notre système de retraite « surperforme » : première historique, les retraités d'aujourd'hui ont un niveau de vie supérieur aux actifs.


La retraite moyenne est certes encore légèrement inférieure au salaire moyen (de 9%). Mais pour un homme, la retraite est supérieure au salaire d'activité : 1617 contre 1613 euros. L'écart se creuse si l'on s'intéresse au niveau de vie (source : COR). Les retraités n'ont pas d'enfants à charge. Ils ont des revenus patrimoniaux deux fois supérieurs aux actifs : 3400 contre 1600 euros en moyenne. Ils sont plus souvent propriétaires (74% des retraités contre 56% des actifs) et paient donc moins de loyers. Au total, leur niveau de vie (hommes et femmes) est supérieur de 6% à celui des actifs, celui des retraités hommes de près de 20% à celui des actifs hommes. Le décalage est encore plus frappant si l'on retient les moins de 55 ans. Le niveau de vie des 55-65 ans est en effet supérieur de 40% aux moins de 55 ans !
Ce renversement historique se retrouve dans l'inversion des flux familiaux. Hier, les actifs aidaient leurs parents pour leurs vieux jours. Aujourd'hui, les retraités aident leurs enfants et petits-enfants à s'installer dans la vie. On estime ces transferts descendants privés (donations, entraide) jusqu'à un tiers du montant des transferts ascendants publics (les retraites). Bref, les retraités vont bien ! Mais cette vision globale ne masque-t-elle pas des situations très difficiles pour les « petites retraites » ?


Certes, les retraités pauvres sont toujours une réalité, et il faut la combattre. Malgré tout, ils sont deux fois moins nombreux que les actifs pauvres : 450 000 au minimum vieillesse contre 1,2 million au RSA. Et ils sont mieux traités par la collectivité : le minimum vieillesse est supérieur de 50% au RSA - 708 contre 460 euros. Le taux de pauvreté des retraités, très élevé après-guerre, s'est effondré à moins de 4% en 2010. Le taux de pauvreté est de 7% chez les actifs, plus de 11% chez les 1829 ans. On vit sur une mythologie qui associe retraite et pauvreté. C'était le monde d'hier. Les pauvres aujourd'hui, ce sont les jeunes actifs.


Or toute notre organisation sociale continue de fonctionner sur la représentation historique du retraité pauvre. On ne compte plus les avantages dont les retraités bénéficient : réductions dans les transports, les loisirs culturels, les sports... Plus de 50% des dépenses de santé sont fléchées vers eux, alors même qu'ils ne les financent que marginalement. Et il faudra, à juste titre, y ajouter encore la couverture de la dépendance.


Surtout, la France a maintenu une fiscalité dérogatoire au profit des retraités. CSG : taux réduit à 6,6 % (voire 3,8%) pour les retraités contre 7,5% pour les actifs. Impôt sur le revenu : abattement général de 10% pour frais professionnels accordé aux retraités, alors qu'ils n'exercent plus d'emploi. Avantages familiaux : majorations de retraite exonérées d'impôt sur le revenu pour avoir élevé trois enfants et plus.


Cette situation est d'autant plus inéquitable au plan intergénérationnel qu'elle ne durera pas. Les actifs financent des pensions « luxueuses » pour les retraités d'aujourd'hui mais n'en bénéficieront pas. Pour éviter une « guerre des âges », le système de retraite doit se fixer un objectif de solidarité intergénérationnelle : la parité de niveau de vie. Sur cette base, on peut décliner quatre séries de réformes :


1. Aligner la fiscalité des retraités sur les actifs. Les retraités sont plus riches que les actifs, leurs avantages fiscaux ne se justifient plus. Il y en a pour 10 milliards d'euros par an. Et encore 5 milliards si on préserve les « petites retraites ».

 

2. Créer une CRDS (1) « retraite ». La dette sociale (85 milliards) est d'une rare iniquité : les actifs de demain vont devoir la rembourser et ainsi payer pour les retraites d'aujourd'hui. Un taux majoré de CRDS pour les retraités (1,5% contre 0,5% pour les actifs) permettrait de faire mieux contribuer à ce remboursement les retraités d'aujourd'hui.

 

3. En contrepartie, augmenter le «minimum contributif » à 100% du smic. C'est l'application du principe de parité pour les retraites modestes : un salarié qui a passé sa carrière au smic doit bénéficier d'une retraite au smic.

 

4. Garantir la parité pour les retraités futurs."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Jérôme 26/05/2010 11:33


M. Cabas fait sa petite publicité mais c'est l'occasion d'informer les lecteurs de ce blog sur le mouvement de M. Cabas et ses amis Cheminade-Larouche...

Pour l'UNADFI,l'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu victimes de sectes, Jacques Cheminade et son parti exposent « derrière un vernis de préoccupations
sociales, des idées d'extrême droite » et met en garde sur les dérives sectaires du mouvement et l'embrigadement des recrues[5].

Pour l'association Prochoix, côté antisémitisme, l’homme n’hésite pas à utiliser l’expression de "cancer de la Banque Rothschild" pour dénoncer l’"establishment" financier. A propos des usagers de
drogues, on peut l’entendre dire : "bien encadrés ces jeunes peuvent contribuer à toutes sortes de travaux utiles dans les banlieues ou les communautés ". Quant à ses amis, outre LaRouche,
Cheminade aime beaucoup Laissez-les-vivre, la plus vieille association anti-avortement française. Il a même publié un article dans le journal de l’association[6]."


David CABAS 25/05/2010 03:51


Retraites : mettre fin aux faux débats !

Nous ne devons pas céder au chantage injuste à la dette !

1)La dette de la France est injuste, elle n'est pas le résultat de trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites... Mais elle est bien le résultat de la
destruction de l'économie physique, et le pillage des établissements bancaires avec de lourds intérêts composés sur la dette depuis la fin du crédit public productif de la Banque de France. La loi
Giscard Pompidou du 3 janvier 1973 puis le traité de Maastrich interdit au gouvernement d'émettre de la monnaie et oblige de fait de s'endetter avec des taux d'intérêt aux banques privés !

Chaque jour nous subissons un bourrage de crane qui appelle les citoyens au bon sens avec de mensonges patentés, comment garder une retraite à taux plein si la population vieillie etc etc !

Nous devons sortir de la mentalité monétaire, la mentalité calculette, c'est bien la peine de faire de si grande étude pour apprendre à faire des divisions. Nous devons apprendre les principes de
l'économie physique.

1)Une économie à taux plein d'emploi sans chômage ! Et oui c'est minimum avant de parler de rallonger le temps de travail !
2)Un retour à l'économie productive, et non une économie de financier et de commerce ! Une économie productive peut permettre de redistribuer les vrais fruits de la croissance physique. L'argent
n'est pas un richesse, personne ne vit en mangeant des billets.

Ceci suppose de sortir de la logique de pillage de notre système actuelle.

La force publique et nos responsables politiques doivent reprendre la main sur les intérêts financiers, nous devons remettre en place la loi Glass Steagall à la Française afin de séparer les
banques par activités. Les banques de dépôts séparer des banques d'affaire et des compagnie d'assurance afin de remettre les banques à leurs place, travailler pour faire vivre l'économie physique
et non jouer l'argent dans la spéculation et les casinos financiers.

Citoyens, nous devons nous organiser pour mettre en place une alternative. Vous voulez vous battre pour connaître les agissements des intérêts bancaires et financiers alors rejoins moi sur facebook
: http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
http://david.cabas.over-blog.fr


Bernard Vignes 10/05/2010 13:06


C'est un progrès considérable de voir des think thank de gauche comme Terra Nova émettre des idées comme celle là qui vont à l'encontre de la "pensée unique de gauche" habituelle.

Je suis assez d'accord avec tout ce qui est dit, ce qui est normal puisque Terra Nova est considéré comme social-libéral. De même que DSK et Rocard.

Je pense aussi que le problème des retraites ne sera résolu que par un ensemble de mesures et pas par une seule

Et qu'il va falloir adapter les solutions à la situation économique : l'urgence de l'heure est de trouver du boulot pour les jeunes, pas de faire travailler les vieux plus longtemps.

A moyen terme ce sera surement une des pistes à explorer. Avec celle de Terra Nova, quelques prélévements sur le capital, une retraite plu à la carte, la prise en compte des métiers pénibles, une
augmentation des cotisations, etc ..


  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche