Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 12:05

Les soubresauts de la politique propulsent parfois sur le devant de la scène de jeunes loups aux dents bien aiguisés : les rénovateurs. Certains disparaissent vite mais d'autres arrivent  à percer durablement et deviennent finalement des "notables" de la politique.

Ce cliché des rénovateurs de la droite a une vingtaine d'année. Si François Fillon a fait son bonhomme de chemin pour devenir premier ministre, d'autres ont des parcours plus tortueux voire décadents... Charles Millon a fricoté avec l'extrême droite alors que certains sont carrément devenus fréquentables pour une partie de la gauche!

Michel Noir (au fond à gauche à côté du jeune De Villier) est emblématique de ces néo-rénovateurs. Au sommet à la fin des années 80, sondage aidant, il a dégringolé les marches pour s'écraser au sol et disparaitre de la vie politique. Eric Zemmour, spécialiste de la droite française fait l'analyse dure et juste de cet épisode :

"Ils ne travaillaient pas pour l'histoire mais pour l'immédiat. Ils se souviennent surtout de ces hordes de journalistes qui les entouraient comme des vedettes de cinéma. De ces courses-poursuites, de ces rendez-vous secrets, de ces «20 heures» regardés ensemble. La politique à la lady Diana. La presse les suivait, les poursuivait, les confessait, les exaltait, les glorifiait. Elle les appelait les «rénovateurs». Ou les «douze salopards». On était au cinéma. L'épisode des rénovateurs, ce fut d'abord ce narcissisme médiatique débridé. L'analyse idéologique est encore plus facile : il n'y en a pas. Le vide idéologique des rénovateurs est leur marque de fabrique."

Sylvain Rakotoarison dans ses articles sur "Les 12 rénovateurs de l'opposition :
splendeur et décadence" parle d'"incohérence de la démarche" et de ces "rénovateurs qui deviennent apparatchiks"

Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé au Parti Socialiste ne saurait être que fortuite.

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Parti socialiste
commenter cet article
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 12:21

Chaque jour, que ce soit  sur le grill, dans le formol, ou déclaré en danger de mort,  notre parti fait l’objet d’attaques incessantes de responsables (épris de rénovation !) qui passent, de fait, leur temps à ensevelir notre parti. Ce faisant, chaque jour, se sont les militants qui sont  bafoués, ignorés, privés de parole et qui assistent impuissants à ce bal des prétendants .

Pas dur de se faire entendre, les médias n’attendent que cela pour vendre du papier. D’ailleurs, c’est à se demander s’ils n’ont pas vocation à remplacer  les partis tant ils sont devenus la  base du débat politique façon Sarkozy. Inutile de venir débattre au sein de votre section, avec les militants ou dans une salle. Un micro qui passe et hop l’affaire est jouée.  Pourtant la crise est là, les salariés dégustent, le chômage explose,  et eux de quoi nous parlent-ils ? Chaque jour les petites phrases assassines pour dire dénigrer  le camarade d’à côté…

Manuel Valls passe 90% de son temps à critiquer le PS et surtout à indiquer qu’il sera candidat.  . Révoltant, non,  ce message  de rénovation avec ces pratiques de cavalier seul ?

Bernard  Henry Levy : son ouvrage sorti en 2007 sur le PS s’intitulait « le grand cadavre à la renverse ». Il nous prépare le tome 2 et commence sa promotion.  

Julien Dray estime que Martine Aubry , donne dans l’amateurisme. Le même qui nous explique qu’il a commis des erreurs dans ses comptes (qu’il a trop négligés)  mais que c’est sa femme qui fait les courses.  Consternant….

Jacques Lang. Ministre de Mitterrand il fut l’étendard du renouveau. Aujourd’hui il est devenu notre fossoyeur. Il a son mot à dire sur tout, le plus souvent pour trouver à redire.  Heureusement Badinter, Mauroy honorent encore notre histoire, eux.

Point commun au passage de tous ces personnages : leur téléphone sonne à chaque remaniement ministériel.

Alors oui,  il est difficile d’être militant socialiste aujourd’hui avec de tels individus. Oui nous devons reconquérir l’opinion, mobiliser, retrouver le chemin d’un projet de gauche porteur et porté.  Oui cela mérite une profonde rénovation et la recherche de convergences. Cela passe par des propositions des débats et des votes pour trancher.

Mrs Valls, Lang, Dray and co, s’il vous plait, vos paroles ne doivent pas écraser les nôtres. Travaillez concrètement à cette rénovation  dans nos structures et pas dans les salles de presse. Et si cela ne vous convient pas, tirez-en vos conclusions, et pas à notre place, s’il vous plait !!!

Jacques JULOUX

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Parti socialiste
commenter cet article
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 09:41

Nous engageons l’écriture d’un projet pour la société que nous voulons imaginer et construire avec les Français. Beaucoup nous pressent, à juste titre, de redonner une espérance,de tracer des perspectives. Pas simplement un catalogue de gestion à court terme. L’urgence aujourd’hui est de mettre en avant nos valeurs et de préparer des choix qui pour nous, demain, dessinent une civilisation. Car le monde ne cesse de connaître de profondes et incessantes transformations, et aujourd’hui une crise brutale. Elles bouleversent la création et le partage des richesses, font exploser la précarité, accélèrent l’organisation de puissances continentales. Les chocs écologiques mettent en jeu l’avenir même de la planète.

La révolution numérique est « notre » révolution industrielle. Ces transformations légitiment l’engagement des socialistes, aujourd’hui comme hier. Nous ne partons pas de rien, mais d’un siècle de combats. Cette Histoire nous a armés d’un idéal et de valeurs fortes face à l’injustice ou l’arbitraire. Ce sont nos balises, revendiquons-les, ne les trahissons pas. Chaque génération à gauche, face à des temps nouveaux, doit apporter sa contribution pour affronter les
 défis contemporains. Pour nous, ces défis s’appellent maîtrise de la globalisation économique, survie écologique, fractures et relations des Nord et des Sud, et encore et toujours,combat pour la justice. Le fil du récit historique de la gauche s’est rompu. Reprenons-le !

C’est pourquoi, à chaque étape, dans nos conventions et dans le tour de France que nous engageons, les socialistes auront à coeur de partager la parole avec des citoyens, des acteurs économiques et sociaux, des chercheurs ou des artistes. Grâce à ce dialogue, nous donnerons le signal d’une insurrection de l’imagination citoyenne. Ce « projet de société » se fera dans la société, et avec les Français. Nous le prolongerons par un programme et des idées qui résonneront dans le pays, pour gagner en 2012.


Christian Paul, Président du laboratoire des idées

La note stratégique : "Avec vous pour demain"

Enquête TNS Sofres : Etude auprès des français

Enquête Viavoice : Les adhérents et le projet

Rapport : Crise et après-crise

Rapport : La société française en 2009

Rapport : La société numérisée

Rapport : L'observatoire Obama

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Parti socialiste
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 12:16

Il y en a au moins deux qui sont sur la même longueur d'onde au Parti Socialiste et ce n'est pas le moins étonnant car il s'agit de Ségolène Royal et de Martine Aubry. En effet, en juin 2008 à quelques mois du congrès de Reims, Ségolène Royal donnait pour le magazine VSD sa définition de l'ordre juste pour le PS :

"Est-il normal que ceux qui insultent leur parti puissent rester candidats au nom de ce parti?” (…) “Les militants ne tolèrent pas que des élus portent atteinte à la dignité du parti ou aux règles élémentaires de fraternité au sein du PS, alors qu’ils lui doivent leur élection. (…) Il faut instaurer un système de droits et de devoirs. On est élu parce qu’on bénéficie d’un parti, de ses militants, de son histoire, eh bien, on a des devoirs à l’égard de ce parti”.

“Et ce système, si j’étais désignée (Premier secrétaire: NDLR), je le mettrais en place. Si le risque de perdre son investiture parce que l’on se comporte mal en dénigrant son parti ou en injuriant d’autres socialistes existait, nous n’assisterions pas à ce type de dérapages. (…). Seul doit nous animer le débat d’idées. Mais, lorsque le parti aura décidé sa ligne politique, il faudra s’y tenir. Les militants ne supportent pas le brouhaha actuel, d’autant moins que ce sont des responsables politiques qui se permettent de porter atteinte à l’image du parti."


On peut ajouter que la demande de "discipline" a été fortement défendu par le candidat Bertrand Delanoë l'an dernier.

Mon avis sur Manuel Valls est fait depuis longtemps après avoir eu l'occasion de l'observer 2 heures durant faire son "paon" devant les caméras et les photographes à l'université d'été de La Rochelle en 2007. Je lui avais d'ailleurs écrit un petit mot sur son blog. J'ai appris plus tard que l'interressé n'y était pas resté insensible. La lettre d'Aubry sonne aussi comme un rappel à d'autres petits camarades si à l'aise à la garden-party du Président.
 
Qui a dit que Martine Aubry ne savait pas faire du buzz?

Jérôme

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Parti socialiste
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 11:27

Le 13 juillet 2OO9

 

Monsieur Manuel VALLS

 
Cher Manuel,

Notre Parti a besoin de chacun des socialistes pour contribuer à son redressement après des années difficiles ponctuées par trois échecs à la présidentielle et un Congrès de Reims difficile qui a laissé une image déplorable de notre parti.

Au congrès, les militants nous ont demandé avec force de jouer notre rôle de principal parti d’opposition, c'est-à-dire de dénoncer ce qui nous apparaît injuste, ou inefficace, et de proposer une alternative qu’attend aujourd’hui notre pays. Ils nous ont aussi demandé de nous réunir et de parler d’une même voix.
Depuis cette date, et personne ne le conteste, le parti s’est remis au travail, s’est ouvert sur la société et a su porter des propositions fortes. Nos parlementaires mènent depuis plusieurs mois un travail coordonné et tout à fait remarquable.
Par ailleurs, j’ai mis toute mon énergie à rassembler les diverses sensibilités dans le respect de la ligne politique définie par le Congrès de Reims, aujourd’hui présentes dans la direction. Je suis d’ailleurs heureuse des relations de confiance qui me permettent de débattre en toute sérénité avec Ségolène Royal.
A la suite des élections européennes, nous avons défini notre feuille de route, en nous attelant à deux tâches essentielles : la préparation du projet et le rassemblement de la Gauche.
Le séminaire de Marcoussis a constitué le coup d’envoi de ce travail collectif. Chacun a reconnu la qualité du débat qui nous a rassemblés.

Par ailleurs, après de nombreux contacts avec nos partenaires de la gauche, j’ai écrit à chacun d’entre eux pour engager une nouvelle démarche de rassemblement, fondée sur les idées comme sur la stratégie politique.
Force est de constater que ce travail collectif pour moderniser nos idées est contrarié chaque jour par la cacophonie d’expressions isolées -d’ailleurs le plus souvent contradictoires-, et par des initiatives solitaires prenant le contrepied des positions de notre Parti.
S’engager dans un Parti, c’est un acte d’adhésion à des valeurs et des pratiques communes, mais c’est aussi - qui plus est dans un parti démocratique comme le nôtre-, accepter de débattre en son sein, d’y apporter ses idées et ses réflexions, et lorsque la décision est prise de la respecter et la porter dans l’opinion.
On ne peut utiliser un Parti pour obtenir des mandats et des succès, en s’appuyant sur la force et la légitimité d’une organisation collective, et s’en affranchir pour exister dans les médias à des fins de promotion personnelle. On n’appartient pas à un Parti pour s’en servir mais pour le servir. Les militants et même les français exigent de nous du travail, du courage et des idées.
Il n’y a pas un jour, mon cher Manuel, où tu n’expliques aux médias que notre parti est en crise profonde, qu’il va disparaître et qu’il ne mérite pas de se redresser. Paradoxalement, tu t’appuies sur nos règles collectives pour appeler à « l’insurrection militante ».
Les militants, eux, ont un souhait, c’est que tu mettes ton intelligence et ton engagement au service du Parti et donc des Français. Tes propos, loin d’apporter une solution, portent atteinte à tous les militants et à tous les dirigeants, qui aujourd’hui travaillent à retrouver la confiance avec nos concitoyens.
Tu donnes l’impression d’attendre, voire d’espérer la fin du Parti Socialiste.
Mon cher Manuel, s’il s’agit pour toi de tirer la sonnette d’alarme par rapport à un Parti auquel tu tiens, alors tu dois cesser ces propos publics et apporter en notre sein tes idées et ton engagement. Si les propos que tu exprimes, reflètent profondément ta pensée, alors tu dois en tirer pleinement les conséquences et quitter le Parti Socialiste.
Je ne peux, en tant que première secrétaire, accepter qu’il soit porté atteinte au travail que nous avons le devoir de réaliser. La discipline n’est pas la police des idées, mais la condition de la cohésion et de la réussite d’une équipe.
C’est un moment de vérité. Je te demande de me faire part de ton choix dans les jours qui viennent, et d’en assumer toutes les conséquences pour l’avenir.

Avec toute mon amitié.

Martine AUBRY

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoet - dans Parti socialiste
commenter cet article
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 10:13

Les adhérents du Finistère ont adopté la charte fédérale de la rénovation le 25 juin.

(photo : Marc Coatanéa, premier secrétaire fédéral)

Votants : 1078

Rappel :


Proposition 1 : Garantir la parité pour les élections aux scrutins uninominaux.

Proposition 2 : Instaurer le mandat unique pour les parlementaires

Propostion 2 bis, alternative : Le mandat de parlementaire est compatible au plus, avec l'exercice d'un mandat local hors exécutif communal, syndical, départemental ou régional.

Proposition 3 : Respect de l'équité entre les différents candidats à la candidature garantie sous la responsabilité du bureau fédéral.

Proposition 4 : Le conseil fédéral ne pourra décider de déroger à ces règles qu'à l'occasion de circonstances politiques exceptionnelles, à la majorité des 3/5 eme.

proposition 1

pour

756

contre

212

abstention

81

proposition 2

pour

422

contre

209

abstention

99

proposition 2 bis

pour

478

contre

182

abstention

74

proposition 3

pour

847

contre

127

abstention

72

proposition 4

pour

696

contre

215

abstention

131


CLOHARS-CARNOËT :

Nombre d'inscrits : 24
Nombre de votants : 11 (+ 4 votes par correspondance)
Nuls : 0
Exprimés : 11

Proposition 1 : 9 pour 1 contre 1 abstention
Proposition 2 : 5 pour 3 contre 3 abstention
Proposition 2bis : 4 pour 1 contre 5 abstention
Proposition 3 : 10 pour 0 contre 1 abstention
Proposition 4 : 6 pour 3 contre 2 abstention

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoët - dans Parti socialiste
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 11:33

Le thème de la "rénovation" revient après chaque élection perdue ou jugée décevante. C'est donc le Parti Socialiste et le Modem qui sont concernés après les élections européennes. Les verts, malgré leur relatif succès, sont repartis dans leurs querelles habituelles...

Dans une lettre adressée aux militants socialistes, Martine Aubry propose un calendrier qui doit amener le PS à arrêter le projet présidentiel au cours de l'université d'été de La Rochelle en 2011. Le séminaire de lancement du projet qui a lieu le 7 juillet prochain sera la base de lancement de ce vaste chantier. Il est proposé aux militants de nourrir la réflexion de ce séminaire par courrier ou par mail.

La charte fédérale du Finistère est en débat depuis plusieurs mois au sein des sections, de réunions de circonscription et au conseil fédéral. Tout le monde a pu s'exprimer librement et dire le bien ou le mal qu'il en pensait. Les militants vont voter demain jeudi 25 juin sur plusieurs propositions : 

1 Garantir la parité pour les élections aux scrutins uninominaux,

2 Instaurer le mandat unique pour les parlementaires ou en option laisser la possibilité de cumuler avec un mandat local hors exécutif,

3 Respect de l'équité entre les candidats aux candidatures avec nottament en point 7 le fait que "les candidats à la candidature s'engagent par écrit et publiquement à respecter les choix faits par les militants",

4 Laisser ou non la possibilité au Conseil Fédéral de déroger à ces règles à la majorité des 3/5ième de ses membres.

On aurait pu aller plus loin comme la limitation des mandats dans le temps, le plafonnement des indemnités et instaurer des règles de non cumul pour les conseillers régionaux et généraux mais les "petits pas" valent mieux que le "sur place". Bien sûr, il faut aussi continuer une réflexion sur le statut des élus qui est quasi inexistant à ce jour...

Voilà en tout cas de quoi nourrir la réflexion du PS pour son séminaire par les travaux de la Fédération du Finistère.

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoët - dans Parti socialiste
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 21:00

Depuis le traumatisme du 21 avril 2002, le moral des militants socialistes est souvent soumis à rude épreuve. Le PS désespère ses forces vives à trop tirer sur la ficelle à coup de congrès ratés, d'élections gagnables mais perdues, d'une idéologie variable et approximative, de la quête perpétuelle du leader introuvable... La bataille des courants et des égos devient parfois ridicule quand on pense à la feuille de papier qui sépare bien souvent les uns et les autres. Il faut "cliver" pour se différencier, se faire remarquer. C'est tantôt la posture des "jeunes" contre les "vieux", tantôt ceux qui veulent faire un "truc de gauche" contre les "moderne". Les français attendent des socialistes de la rigueur, du sérieux, du panache. Comment faire confiance à une organisation politique qui prétend diriger la France si ce parti lui-même est ingouvernable et illisible? Le PS n'est actuellement pas crédible mais reste pour autant le pôle central de la gauche.

Le très bon score d'Europe Ecologie est bien sûr d'abord le fait d'une bonne campagne et d'un leader qui a porté avec brio des propositions concrètes sur l'Europe et l'environnement. Mais le libéral libertaire Cohn Bendit associé à l'altermondialiste Bové a aussi réussi à capter les voix de déçus du Parti Socialiste. Ce succès des listes qui regroupaient des verts historiques à des personnalités de la société civile aura pourtant bien du mal à se "développer durablement". Les verts ont par le passé déjà fait d'excellents scores version Cohn Bendit ou Waetcher sans lendemain comme De Villier, Tapie ou... Jean-Marie Le Pen!
A côté du PS et des verts, le NPA et le Front de Gauche n'ont pas convaincu. Avec un scrutin proportionnel et alors que nombre d'électeurs de gauche s'interrogeaient sur leur vote ces deux partis n'ont pas décollé. On annonçait pourtant un résultat à deux chiffres pour O. Besancenot il y a quelques mois... Le Front de Gauche ne fait pas mieux que les résultats habituels du Parti Communiste sur ce genre d'élection.

En 2004 le PS obtenait plus de 28.90% des votes aux européennes et l'UMP dirigé par Nicolas Sarkozy... 16,64%. Pourtant 3 ans plus tard, Sarkozy s'impose avec 53% des suffrages à l'élection présidentielle.

Alors que faire pour qu'un tel retournement de situation s'opère entre 2009 et 2012?

Il faudrait déjà ASSUMER pleinement nos statuts à travers notre
déclaration de principes qui stipule que :

"Les socialistes sont partisans d’une économie sociale et écologique de marché

Article 1 : "Être socialiste, c’est ne pas se satisfaire du monde tel qu’il est, c’est vouloir changer la société. L’idée socialiste relève, à la fois, d’une révolte contre les injustices et du combat pour une vie meilleure. Le but de l’action socialiste est l’émancipation complète de la personne humaine."


Bon, il reste un peu plus de deux ans pour trouver un style, une méthode, une organisation, un programme et un leader...

Il faut parfois s'accrocher mais c'est le propre du combat politique : ne jamais renoncer à ses convictions.

Jérôme Le Bigaut

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoët - dans Parti socialiste
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 13:17

Même s’il faut relativiser la portée locale voire régionale de cette consultation électorale, même si l’on peut se rassurer avec les résultats du Finistère, même si le total des voix de gauche est supérieur à celles de la « Coalition UMP » qui aurait épuisé ses réserves dans un scrutin à deux tours, je considère que le Galimatias Socialiste est devenu un des pires facteurs de la politique Européenne à travers ses courants forts ou faibles qui varient,voire s’inversent au grés des marées et de leurs coefficients !
Toutefois, comme le Gulf Stream facteur important du climat en Europe et qui donne actuellement quelques inquiétudes aux chercheurs, un arrêt rapide pourrait avoir des conséquences bien plus graves encore que celle de l’éclatement de notre parti socialiste français, but manifestement recherché par la droite française. Attention, l’extrême droite est toujours là !

Aussi il est plus que temps de sauver notre P.S en lui donnant une unité, une lisibilité, une feuille de route claire et nette même s’il faut modifier les statuts en profondeur pour faire de la politique autrement.
La rénovation du Parti socialiste Grec engagée dés 2003 vient de porter ses fruits et la gauche a remporté les élections européennes dans ce pays.
Pourquoi ne serions nous pas capables de suivre ce chemin ?
Les forces de gauche rassemblées sont majoritaires en France !
Ne nous laissons pas aller à la morosité et au défaitisme. Nous devons redorer le blason de notre Parti socialiste pour donner à la France et à l’Europe une véritable perspective sociale et démocratique.
Le Parti Socialiste doit être le levier de cette révolution en changeant ses méthodes archaïques au niveau national et en appliquant le pragmatisme que nos élus locaux et territoriaux savent mettre en œuvre.
Pour cela il faut commencer par remettre de l’ordre dans la maison et arrêter de voir se déchirer quelques-uns de nos leaders dont la hargne ferait beaucoup mieux de s’exercer face aux adversaires politiques et non à l’intérieur de nos rangs.
Assez de querelles d’Ego et de digestions difficiles !
Les militants de la base en ont marre et le disent haut et fort !
Que celles et ceux qui n’y trouvent pas leur place s’en aillent ! Il vaut mieux être moins nombreux que mal accompagnés !
Assez d’attaques personnelles et de divisions incompréhensibles pour les militants !
Nous voulons un parti socialiste, fort, fiable, fier de ses valeurs !
Je veux terminer avec une citation qui devrait faire réfléchir les aigris et les rancuniers :
« Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, Et surtout la grande armée des gens beaucoup plus sévères qui ne font rien »
J’aimerais que chacun y trouve une raison de s’unir derrière la première secrétaire et que beaucoup de nos élus et de nos responsables n’oublient pas qu’ils doivent leur situation aux électeurs mais aussi et surtout au Parti Socialiste.


André JUGAN
Délégué de la troisième circonscription

Repost 0
Published by PS Clohars Carnoët - dans Parti socialiste
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 12:07

Le Parti socialiste est un Parti politique pas comme les autres.

Le seul à donner la parole "pas toujours poètique..." certes..., mais le seul à donner la parole aux militants, à leur donner la possibilité de choisir démocratiquement ses orientations, ses candidats.

Avec tout ce que cela suppose...


Des débats passionnés, pas toujours aussi fraternels que nous le souhaiterions, mais des débats ouverts et souvent, quoiqu'on en dise, passionnants, enrichissants et constructifs.


Loin, très loin de la caricature médiatique trop souvent proposée... et si attentionnée !


Cette semaine, jeudi, nous choisirons notre délégué de circonscription.


J'ai eu l'honneur et le plaisir d'assumer cette responsabilité de 1998 à 2002, en ayant notamment relancé notre Fête de la Rose, devenue un évènement incontournable depuis, grâce notamment au travail fait par Nicolas Morvan et les secrétaires de sections.


Alors, quel est selon moi, compte tenu de cette expèrience passée, le rôle qui incombe au délégué de circonscription ?


Un animateur, un fédérateur, un militant qui rassemble.

Un militant, responsable politique, qui en lien avec le député, exprime les positions socialistes.

Un militant qui, au delà des diversités voire divergences que nous exprimons parfois, notamment au moment de nos congrès, est le garant de l'unité des socialistes. Au delà d'ailleurs de sa propre sensibilité personnelle.

J'ai tenu à lire, à écouter, à entendre les prises de position de nos deux candidats.

J'ai bien entendu pour cela assisté à l'assemblée générale de circonscription au cours de laquelle nos deux camarades, Michel  et Jérome se sont exprimés. Chacun avec sa personnalité, ses propositions de travail.Cela m'a conforté dans mon choix.


Je voterai pour Jérome jeudi.


Car il me semble en effet avoir les qualités requises.


Notamment cette volonté supèrieure de rassembler, de ne pas s'enfermer dans une logique de courant, à terme destructrice de notre force militante et politique.


Des pages de l'histoire de notre Parti doivent être tournées si nous voulons reconquérir la confiance des français.


Avec Jérome et les militants de la huitième, ici entre Quimperlé et Concarneau, nous pouvons y contribuer.


A vous de vous faire votre opinion.

Michaël Quernez

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article

  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche