Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 12:58

La vie du Parti Socialiste est décidemment déroutante. Il faut vraiment faire preuve d’expertise en solférinologie pour comprendre toutes les subtilités de l’organisation de la machine socialiste.

La parité et le renouvellement sont au rendez-vous avec un nombre important de secrétaires nationaux. On pouvait imaginer une équipe plus resserrée mais les équilibres entre les différentes sensibilités ont sans doute pesé dans la composition de cette équipe.

Beaucoup de nouveaux visages vont émerger comme on pouvait l’espérer avec en première ligne Benoît Hamon en porte-parole, Arnaud Montebourg en charge de la rénovation, François Lamy nommé conseiller spécial et Harlem Désir en charge la coordination. 40% des membres du secrétariat national ont moins de 40 ans !

On y retrouve les Sandrine Mazetier, Marisol Touraine, Régis Juanico, Didier Migaud, Razy Hammady, Guillaume Bachelay avec des politiques plus expérimentés comme Michel Sapin à l’économie et une nouvelle structure est créée, le « laboratoire des idées », autour du député Christian Paul.

On peut regretter l’absence de Pierre Moscovici qui est remplacé poste pour poste par Jean-Christophe Cambadelis à l'Europe et aux relations internationales… du finistérien Jean-Jacques Urvoas ou d’autres qui ont décliné une offre jugée insuffisante.

C’est le parlement du Parti, désigné le 6 novembre lors du vote sur les motions, qui a voté sur le texte d’orientation proposée par Martine Aubry. Il y aura donc une majorité composée autour des motions A, C et D et une autre sensibilité pour qui la « porte reste ouverte ».

C’est une course de fond qui s’engage désormais pour Martine Aubry et son équipe.  A vrai dire, le PS peut difficilement faire pire que ce qu’il nous a montré depuis quelques mois… Il faut que le PS redevienne audible en s’opposant à la politique Nicolas Sarkozy et affinant ses propositions pour offrir l’alternative. Les européennes se rapprochent et elles seront, comme toujours, difficiles pour les partis de gouvernement.

 

Jérôme Le Bigaut

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 23:04

Cher-e-s camarades,


Les Français vont mal.
Ils sont inquiets pour l’avenir alors que notre pays s’enfonce dans la récession, le chômage et les inégalités. Ils savent que Nicolas Sarkozy les a floués.

C’est en pensant à eux que je me suis engagée dans ce congrès.

Parce que face à une droite dure, il faut une gauche forte.

Parce que face à un monde que le capitalisme financier emmène droit dans le mur, nous devons être porteurs d’un nouveau modèle dans lequel la question sociale est au coeur, où l’économie réelle reprend le pas sur la finance et où l’écologie sort des discours pour entrer dans les faits. Il nous faudra défendre les services publics attaqués actuellement par la droite, l’hôpital public et bien sûr la Poste, mais il nous faudra en créer de nouveaux comme le service public de la petite enfance ou la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Je n’oublie pas le combat pour la laïcité au moment où le président de la

République en appelle aux religions avant de qualifier la laïcité de positive pour mieux la disqualifier.

Parce que le 6 novembre, vous avez choisi d’exprimer une double demande d’un Parti fermement ancré à gauche et décidé à se renouveler. Je regrette avec vous que nous

n’ayons pas réussi à nous rassembler à Reims autour d’une orientation. Mais je suis confiante parce que la décision est de nouveau entre vos mains.

J’ai décidé d’être candidate pour être votre première secrétaire, au coeur d’une équipe soudée, engagée, avec de nouveaux visages, une nouvelle génération de militants aux couleurs de nos territoires et de toutes les cultures présentes en

France. Je veux, avec vous, écrire la page d’un socialisme renouvelé, ancré dans la gauche efficace, crédible. La gauche qui assume la réforme et reste fidèle au mouvement ouvrier et aux idéaux des Lumières en retrouvant tout simplement les missions des socialistes : émanciper chaque homme et chaque femme, maîtriser notre présent et préparer l’avenir

et faire une vraie civilisation porteuse de fraternité entre les hommes et les femmes quel que soit leur territoire ou leur culture.

Je veux, avec vous, un Parti socialiste profondément européen.

Je veux, avec vous, rassembler le plus largement autour de cette ligne et de ces objectifs pour notre parti, pour la France et pour l’Europe.

Je veux garder un parti de militants, je veux défendre les alliances avec les seuls partis de gauche.

Je veux en tout état de cause garantir l’unité de notre Parti.

J’y mettrai toute mon énergie et ma passion.


www.changeragauche.net


Martine Aubry

 

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 22:56

Cher-e-s camarades,

Lors de notre congrès, le vote des militants n’a pas réussi à départager nettement les quatre principales motions. Pourtant, les militants ont nettement exprimé leur enviede renouvellement et d’ancrage à gauche. Ce sont deux exigences qui s’imposent à nous si l’on veut en finir avec le statu quo politique, et si l’on veut sortir de l’ambiguïté stratégique de reconquête du pouvoir.
L’ancrage à gauche implique que nous lancions le Parti socialiste à la reconquête.
Une reconquête qui assume d’abord pleinement les valeurs qui sont les nôtres, indispensables pour faire vivre une gauche décomplexée, fière de ses valeurs, et pour contrer l’offensive idéologique de la droite que nous subissons depuis trop longtemps.
La reconquête des Français ensuite, et prioritairement celle des classes moyennes et des milieux populaires, que nous avons le devoir de protéger des conséquences de la crise économique et sociale, ainsi que de la politique d’une droite brutale et arrogante.
La question sociale doit donc être au coeur de notre projet politique : hausse des salaires, interdiction des licenciements « boursiers », combat pour le maintien des services publics, renforcement de la protection sociale, accès au logement, moyens pour l’école…
Sur tous ces sujets, l’ancrage est gauche est incontournable et dicte notre stratégie.
Pour faire avancer notre projet, je travaillerai inlassablement au rassemblement de toute la gauche. Mais je refuserai l’alliance avec le MODEM, non par sectarisme mais parce que son projet économique libéral est incompatible avec le nôtre.
Le renouvellement et la rénovation sont nécessaires pour relever notre parti.
Nos défaites successives et notre incapacité à nous remettre sereinement en cause, l’insuffisance du travail collectif pour élaborer des idées nouvelles, les rivalités de personnes qui nous minent, la coupure avec le mouvement social… tout plaide pour que le PS change profondément.
Mais encore faut-il que ce soit dans la bonne direction : celle qui rassemble les socialistes et la gauche.
Je milite aussi pour que notre parti ressemble à la France, qu’il soit l’expression de sa diversité, qu’il représente la mixité des âges et des origines, pas seulement à sa base et dans ses sections, mais aussi parmi ses élus et ses dirigeants. J’ai annoncé ma candidature aux responsabilités de Premier secrétaire dès le début du congrès et je l’ai maintenue avec constance et détermination, car je croyais honnête et cohérent d’afficher une ligne politique et une stratégie d’alliances claires avec une candidature franche.
Les temps qui viennent seront des temps d’épreuve pour les Français. De l’épreuve peut naître le désespoir ou l’espérance. Mais pour que naisse l’espérance et que celle-ci s’incarne dans notre projet politique, il faudra commencer par être aux côtés des Français.
Ce que je sollicite par ma candidature, ce n’est pas un marche pied, une estrade, un tremplin, encore moins un rôle. Ce que je sollicite devant vous les militants socialistes, au commencement de ce combat, de cette épreuve que nous traverserons ensemble, c’est l’honneur, en votre nom, d’être en première ligne.

www.unmondedavance.eu

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 07:12

Chèr-e-s camarades,


Au moment où la crise financière aggrave les souffrances, ici et dans le monde, la France attend les socialistes. Elle les appelle. Nous devons répondre, forts, déterminés, audacieux, vigoureux, énergiques.


La parole vous est aujourd'hui redonnée. Immense responsabilité, car c'est vous qui, par votre vote, allez forger l'unité du Parti socialiste et donc sa capacité à se faire entendre et à agir dans le tumulte.

Oui ou non voulons-nous ensemble écrire une nouvelle page de notre histoire, vibrante et populaire ?
Oui ou non voulons-nous bâtir ensemble le socialisme du XXIème siècle ?
Oui ou non, notre parti va-t-il s’ouvrir à toutes les diversités et devenir meilleur que la société qu’il prétend transformer ?
Oui ou non le peuple que j’ai vu tellement présent et attentif au cours de ces derniers mois va-t-il venir vers nous car nous aurons su lui redonner l’espoir ?

Notre avenir est à portée de main. A nous de le saisir. Nous avons les talents individuels. A nous de tisser le talent collectif.

Je veux mettre en valeur une nouvelle génération d'hommes et de femmes, de toutes origines et de tous les territoires. A nous de leur ouvrir les responsabilités et de demander aux anciennes générations d'être là et de leur transmettre l'expérience.
Vous savez que le Parti socialiste peut devenir un grand parti populaire. A nous d’accueillir toutes celles et ceux qui veulent combattre les dégâts du sarkozysme et construire un autre futur.

On nous a fait un procès intellectuellement déloyal sur la question des alliances. Pourtant notre motion est parfaitement claire : l'union de la gauche d'abord, la main tendue à tous les humanistes pour battre la droite, ensuite. Cette question sera soumise à une consultation directe des militants. Je m'y engage.

Vous savez que les jeunes des quartiers populaires et de toutes les couleurs sont massivement venus voter pour nous à l'élection présidentielle. Je les espère au Parti socialiste. A nous d'inventer de nouvelles formes de militantisme.

Les Français nous attendent. La gauche nous attend. La force d'être nous-mêmes et la force de changer dépendront de la force que par votre vote, chacune et chacun d’entre vous nous donnera jeudi prochain. Donnez-nous cette force et cette légitimité qui nous permettront de reprendre l'ouvrage, pour que tous les talents de toutes les motions se rassemblent pour combattre la droite, pour proposer et pour se faire entendre, ici, mais aussi en Europe et sur la scène internationale.

Je vous appelle toutes et tous à venir voter. Car aujourd’hui c’est vous, militantes et militants, qui détenez les clés de notre avenir commun et donc de celui de millions de citoyens qui nous attendent, parfois désespérément. C’est vous qui pouvez donner l’élan de la transformation. Alors, allons-y. Nous pouvons le faire. Nous devons le faire. Nous sommes les socialistes. Nous allons retrouver la fierté de l'être tous ensemble, unis et offensifs. Vous pouvez compter sur moi comme nous comptons sur vous.


Amitiés socialistes,


Ségolène Royal et Vincent Peillon, et toute l'équipe



www.fiersdetresocialistes.org




 
Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 22:36

En septembre Ségolène Royal  faisait alliance avec les signataires de la « ligne claire », partisans d’un « non présidentiable » à la tête du parti.

Puis elle  mettait sa candidature « au frigidaire ».

Enfin elle se mettait en  17° position sur la liste de la motion E.

Aujourd’hui elle sort du frigidaire, elle est présidentiable et elle postule pour être numéro un. Comprenne qui pourra. Pourquoi ne pas l’avoir dit dès le début ? Pourquoi ne pas avoir pris la tête de la motion ? Pourquoi toutes ces mises en scène ?

Je ne comprends pas. J’aurais trouvé logique que la motion E présente  Peillon ou Collomb comme candidat. Le vote des militants aurait été respecté. Le travail collectif au PS aurait été facilité. Au lieu de cela c’est le retour à la case 2006 qui nous est proposé. La primaire, 3 ans avant la présidentielle.

Cette candidature précipite l’affrontement « anti « et « pro » Royal  a un moment où l’essentiel est de donner écho à notre résistance au libéralisme et de donner espoir  aux français.  La sagesse aurait voulu une candidature plus consensuelle  et capable de nous faire travailler ensemble…

Ce n’est pas le choix retenu. Dommage et sans doute dommageable…..

Jacques JULOUX

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 20:26

La fédération socialiste du Finistère a tenu son congrès ce samedi à l’espace Glenmor de Carhaix devant plus de 300 délégués.  Le matin, les résultats officiels des votes du 6 novembre sur les motions dans le département sont tombés :

 

Inscrits 2762, votants 1875, blancs et nuls 9, exprimés 1856

 

Motion A : 580 31,25%

Motion B : 42 2,26%

Motion C 302 16,27%

Motion D 423 22,79%

Motion E 486 26,18%

Motion F 28 1,51%

 

            La motion A arrive en tête et présente, en toute clarté, son mandataire départemental, Marc Coatanéa, au poste de premier secrétaire fédéral. La motion E a finalement décidé de proposer un candidat, Nicolas Morvan. Le 20 novembre prochain, les militants ne se prononceront plus sur des textes d’orientations mais sur des candidats au niveau de la section, de la fédération et du secrétariat national. Un éventuel deuxième tour pour départager les candidats peut avoir lieu dès le lendemain si nécessaire.

 

L’après-midi a été consacré au débat où pas moins de 29 interventions de 3 à 7 minutes se sont succédées sur l’estrade. Jacques Juloux, le maire de Clohars, a fait un discours remarqué en insistant notamment sur le fait qu’il ne faut pas avoir peur de se confronter à nos différences. Il a regretté le caractère parfois trop consensuel des débats de présentation sur les motions. Andrew Lincoln, de la section des Abers, a rappelé que la PS est partagé en 4 quarts de fromages même si certains sont un peu plus gros et d’autres moins.

 

Malgré le battage médiatique autour de la question du renouvellement, j’ai du mal à conclure à une victoire des « rénovateurs » sur le « vieux parti ». Le « jeune » Benoît Hamon était soutenu par la vieille garde de gauche républicaine du PS, Ségolène Royal par G. Frêche, J-N Guerini, G. Collomb et F. Rebsamen en autres, Martine Aubry par le « vieux » Fabius et les « jeunes » J-J Urvoas ou L. Rossignol, Bertrand Delanoë par le « vieux » Hollande et le « jeune » Moscovici. Ces deux derniers n’ont d’ailleurs que 4 ans de différence d’âge…

 

Il faudra attendre le nom proposé par la Motion E pour le poste de premier secrétaire national pour y voir un peu plus clair. Sur une ligne claire, il est aussi primordial de savoir si le PS a vocation de continuer à s’allier avec ses partenaires historiques de la gauche ou de tenter l’aventure de « Bayrou à Besancenot ». Les 71% de militants qui n’ont pas voté pour la motion E ont clairement fait leur choix sur ce point.

Bernard Poignant, dans une diatribe incisive, a vivement souhaité que Ségolène Royal se déclare candidate. Attendons donc…

 

J’ai néanmoins observé une tendance aux cours des différents échanges que j’ai pu avoir au cours de la journée : La minorité est une « valeur » en hausse au PS.

 

Jérôme Le Bigaut

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 20:09

23 Inscrits 18 votants 18 exprimés

1 votant mis à jour 

Motions :

A              Delanoë             4 voix

C             Hamon                 3 voix

D             Aubry                   7 voix

E             Royal                    4 voix

 

Rapport d’activité :

 

National : 6 Pour 4 contre 8 abstentions

Fédéral : 13 pour 4 contre 1 abstention

 

Statuts :

1             12 P       1C           5ab

2             12 P       1C           5ab

3             12P        1C           5ab

4             13P        0C           5ab

5             13P        0C           5ab

6             16P        0C           2ab

7             16P        OC          2ab

8             16P        0C           2ab

 

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 22:45


Jeudi on vote au PS.

Les principales motions  se ressemblent sur 95% de leur contenu. Tout le monde semble d’accord là-dessus. Si celles sont si proches, regardons alors qui les portent. Car c’est évidemment principalement en fonction des « attelages » composés  que se jouera le vote. Et curieusement dans les réunions on n’en parle pas. … Surprenant non ? Tordons le coup au politiquement correct. Voici ma vision des leaders et les raisons de mon choix.

Motion A : Delanoë. Je l’apprécie. Il ferait un bon premier secrétaire. Mais dans la période, dire qu’on est  socialiste et libéral je ne peux l’acter. On se doit d’être lisible, sans ambigüité de langage dans un monde de dérèglementation libérale.  Et surtout, ce regroupement  entre amis qui pensent pareil n’est pas gage de renouvellement ni d’ouverture. Exit…

Motion C : Benoit Hamon. C’est un renouvellement générationnel intéressant, un militant sérieux et brillant avec  un positionnement revendiqué plus à gauche.  Mais il  ne s’agit pas, dans le cadre de notre congrès, d’être plus à gauche mais clairement à gauche en réaffirmant le rôle de la puissance publique dans la société.  Hamon ne peut virer en tête  et ne sera pas celui autour, duquel se fera la synthèse mais éventuellement l’inverse.  Je regrette aussi beaucoup que Mélenchon figure sur cette motion. Il s’est  tristement singularisé ces 3 dernières années en critiquant en permanence le  PS. Comment partager un engagement avec quelqu’un qui fait tout pour ne pas donner envie de rejoindre le parti dans lequel nous militons ?

Motion D : Martine Aubry. Je suis convaincu de son ancrage européen et à gauche. On lui doit la CMU, les 35 heures, le projet EVA en faveur des  jeunes et son engagement en première ligne contre le CPE.  Mais voilà, elle a un problème. Elle est avec Fabius. Celui là il en prend plein les dents. Il a dit non au traité européen alors que les militants avaient dit oui. Exit ?

Certainement pas. .. Nous ferions une grande erreur. D’abord parce que le « non» l’a emporté à 55%, dont 80% d’électeurs de gauche. N’est-ce pas vers eux que nous devons nous retourner si l’on veut gagner ?  Ensuite, parce que nous avions la même idée de l’Europe. Seul le chemin pour y parvenir nous a séparé. On va se chamailler  encore longtemps, alors que les français attendent que l’on travaille ensemble ? Enfin, parce que Fabius est un homme politique talentueux. Ancien premier ministre de Mitterrand, en pleine débâcle électorale en 2007 il sauve le second tour des législatives en s’attaquant à la TVA sociale. Et puis, pour tout dire, s’il avait fallu montrer de l’autorité c’était  y a 3 ans. C’’était au premier secrétaire de le faire, que ne s’est- il abstenu ?  Au final Martine Aubry rassemble, grâce à sa démarche l’unité pourra se retrouver, le travail recommencer.

Enfin, je note des figures historiques du mitterrandisme  comme Pierre Mauroy et Jacques Delors soutiennent cette motion. Le renouvellement est aussi là. On retrouve une jeune génération brillante et pleine d’avenir avec Laurent Baumel, Jérôme Bachelay,  Sandrine Mazetier  et … Jean Jacques Urvoas…. !

Motion E : Ségolène Royal. Nous ne gagnerons pas avec elle. Les conditions de la victoire étaient à portée de main mais nous avons perdu. Elle a eu sa chance. On y a cru mais les français non. Au passage, on reproche la distance du PS mais moi je  n’apprécie pas les groupes « désir d’avenir ». Ces lobbyings « groupies » me gênent. J’avoue aussi que la personnification excessive de Ségolène Royal  me pose problème. J’ai une autre idée de la politique. Quand aux principaux signataires de cette motion, Colomb, Guéréni  cela ne me donne pas envie… Sans parler de Valls. Exit aussi.

Cette vision est la mienne. Mais au PS chaque militant a la parole. Le 6 novembre il n’y aura pas de bons et de mauvais choix. Il y aura un vote des adhérents  tous amenés à choisir avec leurs convictions. N’oublions pas que la motion qui arrivera en tête donnera les clés de notre parti pour les trois années essentielles qui arrivent. Nous ne pourrons pas revenir en arrière. Finalement, la vraie question à laquelle nous sommes confrontée est : qui se montrera le plus capable de travailler, de réunir dès le premier tour et de mettre le PS en ordre de marche pour redonner espoir et gagner en 2012 ?

Comme 450 autres maires j’ai fait le choix de Martine Aubry. Elle peut arriver en tête et je parie sur  sa démarche…

Jacques JULOUX

Secrétaire de section et maire.

 

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 18:00

Six motions ont été déposées, aucun doute, elles expriment toutes un attachement certain à la gauche et aux valeurs du socialisme, mais il y en a une qui réunit pour la première fois toutes les composantes de la gauche du parti , c’est la motion C « Un monde d’avance », présentée par Benoît Hamon et Henri Emmanuelli.

Elle synthétise les contributions :

q       Reconquête

q       Debout la gauche

q       Réinventer la gauche

q       Changer

q       D’abord redistribuer les richesses

q       Urgence sociale

q       Et si le parti restait socialiste

 

Benoît Hamon a le souhait d’ancrer le Parti Socialiste solidement à gauche car, ce qui perturbe parfois nos militants et sympathisants, c’est bien la tentation de certains d’aller chasser sur les terres de la social-démocratie libérale, voir même de flirter avec des idées qui ne sont pas les nôtres.

Benoît Hamon n’a d’autres ambitions que de faire du PS, une véritable force d’opposition à la politique de casse sociale de Sarkozy. Lors d’une interview donnée au magasine Bretons en décembre 2007 , il déclarait : « Je dis simplement que là où la droite est résolument de droite, il faut que la gauche soit résolument et raisonnablement de gauche. Depuis une dizaine d’années, on dérive lentement et on se coupe progressivement du mouvement social, du monde intellectuel, des revendications simples comme celle du droit au logement. Quand on voit que Josiane Balasko nous engueule à la télé parce qu’il n’y a pas un seul socialiste pour défendre les travailleurs pauvres et sans logement de la rue de la Banque, elle a entièrement raison … »

 

Le sens de la motion

 

Le monde change, le néo-capitalisme est en crise et montre son vrai visage, il n’ est plus incontournable et même ses champions se jettent sur des outils oh combien honnis comme étant ceux de l’interventionnisme de l’état dans une société libérale, on injecte des fonds publics dans des structures bancaires privées, étonnant non ?

 

Sarkozy c’est l’échec de la rupture , c’est l’échec de l’alignement sur le modèle américain. Nous devons réagir, hors , alors que nous sommes en position de force dans les régions , les départements et bon nombre de grandes agglomérations, notre opposition est devenue illisible.

 

Ce qui est essentiel pour un parti , ce qui entraîne l’adhésion , c’est la clarté de son orientation politique et de son positionnement .

Nous ne devons plus faire de concessions incessantes à une pensée et à des valeurs qui ne sont et ne seront jamais les nôtres.

 

A nous de reconstruire l’espoir à gauche

 

La motion C s’articule autour de cet espoir et est définie en trois axes majeurs :

 

S’ OPPOSER

 

Faire du PS la force incontournable d’opposition au pouvoir en place de la droite.

Mettre un terme au choc des ego , qui brouille la parole, c’est avec cela que le congrès de Reims doit rompre.

 

PROPOSER

 

Notre programme en 9 points :

 

q       Sortir du libre-échangisme généralisé, préconiser l’adaptation et la régulation

q       Investissement public massif pour répondre à l’urgence écologique

q       Redistribuer les richesses, et lutter contre les inégalités

q       Affirmer le retour de la puissance publique

q       Redonner la parole aux peuples pour construire une Europe solidaire et lisible

q       Reconquérir la démocratie , vers une 6ième république

q       Vers une société de Droits , de Libertés et d’Egalité.

q       Une politique étrangère progressiste basée sur la solidarité et l’entraide entre les peuples pour le co-développement.

 

RASSEMBLER

 

3 axes

q       Refus de l’alliance au centre à tous les niveaux

q       Rassembler à gauche pour une nouvelle union , vers un grand « Parti de la Gauche »

q       Un Nouveau Parti Socialiste, basé sur un militantisme actif , le débat , la formation et l’écoute du mouvement social.

 

Voilà pourquoi j’ai signé la motion C et pourquoi j’appelle mes camarades de section à la soutenir. C’est aussi à ce titre que je souhaite présenter ma candidature au poste de secrétaire de section .

 

Nous voulons affirmer une orientation à gauche de notre parti , changer radicalement par rapport à la direction sortante du PS dont sont issues les trois autres principales motions, faire le choix de la rénovation et du renouveau, offrir aux français des raisons d’espérer, ils doivent pouvoir compter sur nous, donnons à la gauche les meilleures chances pour 2012.

 

ENSEMBLE LE 6 NOVEMBRE PRENONS UN MONDE D’AVANCE ET RECONSTRUISONS L’ESPOIR.

 

Patrice Lorent

Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 23:35

Un simple « clic » sur internet en 2006 a fait de moi un militant socialiste. Contrairement aux idées reçues, tous les « 20 balles » n’ont pas quitté le navire. Je n’étais pas venu au PS pour soutenir une personnalité mais me mettre au service d’une certaine idée de la gauche et de convictions réformistes et solidaires. Si mon choix, à l’époque, s’était d’emblée porté sur la candidature de Dominique Strauss-Kahn, la maturation a été plus longue pour le congrès de Reims.

Début juillet, j’ai signé la contribution Besoin de Gauche qui regroupait, autour des DSKistes, des sensibilités différentes du Parti Socialiste. Martine Aubry, Pierre Moscovici, Marilyse Lebranchu et Arnaud Montebourg ont ensuite officialisé leur rapprochement dans un texte qu’ils ont cosigné : «  Nous avons évoqué les conditions du rassemblement. Il doit procéder de principes clairs et d'un engagement commun à partir d’une cohérence dont nous pourrions former le cœur ». Besoin de Gauche qui dénonçait « la présidentialisation délétère et l’immobilisme mortifère » du PS n’a pas pu ou su créer les conditions de dépôt d’une motion. Donc acte.

J’ai retrouvé, dans la motion D, la plupart des propositions de méthodes de Besoin de Gauche. J’y ai aussi trouvé, dans la plus totale cohérence après plus d’un an de travail en commun, les idées de Martine Aubry, celles d’Arnaud Montebourg ainsi que des amis de Laurent Fabius. Et puis j’ai lu Et si on se retrouvait… le livre-entretien de Martine Aubry avec Stéphane Paoli et Jean Viard. La reconstruction du PS et son rassemblement nécessaire, la place de la gauche en France et dans le monde sont au cœur de son ouvrage. La finesse des analyses et la densité des propositions du maire de Lille m’ont convaincu.  Je ne partage pas l’idée d’un premier secrétaire « tous derrière et lui devant ». Il ne faut pas d’un parti à une voix mais d’un parti « collectif » qui parle d’une seule voix. Tel est aussi l’enjeu de ce congrès. La proposition de 5 conventions thématiques tranchées par les militants répond à ce problème récurrent. La motion D est aussi très claire sur la mise en place d’une primaire ouverte aux sympathisants pour choisir le candidat de la gauche aux présidentielles de 2012.

Martine Aubry incarne La Gauche, l’opposition décomplexée face aux thèses libérales. Je la crois d'une volonté sans faille pour remettre le PS au boulot, se doter d'une doctrine solide et être dans les meilleures dispositions en 2012. Je pense qu’elle a la capacité de redonner de la fierté aux militants. Je pense qu’elle peut nous permettre de « dépasser les courants afin de conjuguer les engagements »

Aussi, j’invite tous les militants et militantes à soutenir la motion D Changer à gauche pour changer la France.

 

Jérôme Le Bigaut

35 ans

Militant de la section de Clohars-Carnoët

Maître d’œuvre en Bâtiment

Adjoint au maire de Clohars-Carnoët
Repost 0
Published by Section PS Clohars Carnoët-Le Pouldu-Doëlan - dans Parti socialiste
commenter cet article

  • : Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • Section PS Clohars Carnoët - Le Pouldu - Doëlan
  • : Blog de la section du Parti Socialiste de Clohars-Carnoët qui traite de la vie locale et municipale comme de l'actualité nationale ou internationale.
  • Contact

Recherche